Le Doctorat en 2019 : regards croisés

Le doctorat vu du côté des institutions

Le diplôme du doctorat voit sa reconnaissance progresser : il est désormais enregistré au répertoire national des certifications professionnelles.(RNCP) où il est classé au plus haut niveau (8) du cadre national de certification.

La délivrance du doctorat certifie la capacité à produire des connaissances scientifiques nouvelles de haut niveau ainsi que l’acquisition et la maîtrise de blocs de compétences communs à l’ensemble des docteurs et liés à leur formation par la recherche

Afin de favoriser le recrutement des docteurs par le secteur privé (« par les employeurs des secteurs de la production et des services« ) , ces blocs de compétences sont définis en  l’annexe de l’Arrêté du 22 février 2019 définissant les compétences des diplômés du doctorat et inscrivant le doctorat au répertoire national de la certification professionnelle.

Les 5 blocs de compétences ou capacités évaluées :

  1. Conception et élaboration d’une démarche de recherche et développement, d’études et prospective
  2. Mise en œuvre d’une démarche de recherche et développement, d’études et prospective
  3. Valorisation et transfert des résultats d’une démarche R&D, d’études et prospective
  4. Veille scientifique et technologique à l’échelle internationale
  5. Formation et diffusion de la culture scientifique et technique
  6. Encadrement d’équipes dédiées à des activités de recherche et développement, d’études et prospective

Détails dans l’Arrêté du 22 février 2019

Cette reconnaissance des docteurs s’assortit de nouvelles opportunités avec les nouveaux concours ouverts dans la (haute) fonction publique destinés aux titulaires d’un doctorat (ENA, IGAENER …) :

Le doctorat vu par les jeunes chercheurs

Quelle perception en ont aujourd’hui les doctorant.e.s et docteurs ?
Le 15 mars ont été rendus public les résultats de l’enquête menée en ligne par Generation Phd auprès de la communauté des doctorants et docteurs ( 2574 réponses analysées, non pondérées suivant des quotas représentatifs).

L’enquête a été réalisée du 1er octobre au 25 novembre 2018, via le site www.generationphd.com, Facebook, Twitter et LinkedIn principalement, et grâce aux relais des partenaires, dont le Collège des Écoles Doctorales d’USPC.

Voici le profil des répondants :

Extrait des principaux enseignements tirés par Generation Phd

 

Sans prétendre à la représentativité, les 2 574 réponses obtenues permettent de dresser un portrait unique de la génération montante des chercheurs, puisque près de la moitié des répondants sont en cours de thèse et 40% l’ont obtenue il y a moins de 6 ans.

  • Les Jeunes Chercheurs (JC) interrogés sont unanimes (78%) : il y a trop d’idées reçues sur leur métier de la part des Français ;
  • L’administratif est mal vécu par une écrasante majorité des répondants : 78% s’en plaignent !
  • Les deux tiers (65%) des JC interrogés s’estiment « isolés », à l’exception peut-être des doctorants en 1re année, puisque 52% se sentent au contraire “entourés” ;
  • Près de 9 répondants sur 10 (87%) estiment que les moyens consacrés à la recherche sont insuffisants et 85% ne pas être reconnus à leur juste valeur. 80% pensent également être sous-payés par rapport à leurs qualifications ;

 

Afficher tous les résultats de l’enquête